Global Shapers est un réseau de centres dirigés par des jeunes qui veulent développer leur potentiel de leader pour servir la société. Ils travaillent en équipe pour améliorer les conditions de vie dans leurs communautés. Cette série spéciale met en lumière les gagnants du concours "Bâtir un avenir meilleur’" de Coca Cola pour la communauté mondiale des Global Shapers. Ce concours récompense les actions, la promotion du changement positif et l’utilisation d’approches innovantes pour résoudre les grands défis sociaux.

Coca-Cola est un partenaire fondateur de cette communauté du forum économique mondial. Nous pensons que les Shapers sont assez géniaux et espérons que vous serez heureux de voir les changements qu’ils ont commencé à apporter dans leurs propres communautés.

Le Burundi est un pays qui a connu un cycle de violences et de guerres civiles. Les pertes en vie humaine et les dommages matériels causés sont souvent considérés comme les seules conséquences des conflits. Malheureusement, les Burundais ne se préoccupent que des dommages collatéraux immédiats causés par la guerre, et non les impacts qui surviendront. Un exemple clé de cette situation est le phénomène des enfants de la rue et la pauvreté. Serait-il judicieux d'ignorer délibérément les dommages qui finissent par se transformer en bombes à retardement?

La pauvreté est considérée comme la principale raison de l’augmentation du nombre d’enfants de la rue à Bujumbura, au Burundi. Des enfants ont été recensés dans deux catégories principales par l'association Youth Building in Synergy to End Poverty [YBSP (les jeunes créent la synergie pour juguler la pauvreté], l'organisation qui a lancé et mis en œuvre le programme "Feed a Child" (nourrir un enfant):

  • La première catégorie est celle des enfants qui fréquentent l’école (l'école primaire est gratuite au Burundi) et ont une maison. La mendicité est un moyen de subsistance pour la famille, alors les parents envoient leurs enfants mendier dans les rues.

  • La deuxième catégorie est la plus vulnérable. Au sein de cette catégorie, les enfants n'ont pas de domicile. Ils mendient dans les rues pour survivre, passent leurs nuits dans les caniveaux. Pendant les neuf mois de saison pluvieuse au Burundi, ils doivent chercher d'autres endroits où dormir.

Le programme ‘’Feed a Child’’, présenté par le hub de Bujumbura en partenariat avec Youth Building in Synergy to End Poverty, se présente comme une solution au problème des enfants abandonnés à un destin insoutenable. Nous avons l'intention, si possible, de mettre fin au phénomène des enfants de la rue’’, explique Leis-Bruel Haragirimana, fondateur et PDG de YBSP.

Définition et réalisation des objectifs

L'objectif du programme est de réintégrer les enfants de la rue dans leur famille et la société. Certains seront renvoyés dans leur famille s’ils le désirent, après une formation à l'entrepreneuriat. Ils bénéficieront d'un fond de démarrage pour la création d’activités génératrices de revenus. Les autres souhaitant poursuivre leurs études et / ou ceux pour lesquels la réinsertion sociale est impossible, seront soutenus par YBSP. Vingt-cinq autres enfants bénéficient déjà d'un tel soutien.

Le projet a été conçu pour restaurer la foi en l'humanité dans le cœur de ces enfants qui ont perdu toute confiance dans une société de plus en plus individualiste. Ces jeunes fragiles vivant dans des situations horribles ne sont pas vus d’un bon œil par la grande majorité de la société. Pour éviter d’en rajouter à leur souffrance, le programme contient un autre volet important : le Repas du Dimanche qui est partagé avec les bénéficiaires du programme "Feed a Child’’, et les enfants qui sont toujours dans la rue. Ce volet a deux objectifs : d'abord, identifier les enfants éligibles au programme "Feed a Child’’ en évaluant leurs besoins et, ensuite, donner de la famille et de l'espoir à ces enfants encore dans les rues afin qu'ils ne se sentent pas seuls et abandonnés.

En dehors des activités ordinaires de "Feed a Child’’, nous organisons également les activités spéciales suivantes pour les enfants de la rue.

Au cours des deux dernières années, par exemple, les fêtes de Noël ont été organisées. L'année dernière, plus d'une centaine d'enfants de la rue ont pu voir le Père Noël pour la première fois, et il est venu avec des cadeaux pour chacun d'eux. Les enfants hospitalisés dans l'un des hôpitaux publics de Bujumbura ont également été visités et des présents leur ont été remis.

En 2013, lorsque des pluies torrentielles ont complètement ravagé certains des quartiers pauvres de Bujumbura, y compris de nombreuses maisons d’enfants de la rue, une campagne de collecte de fonds a été organisée pour aider ceux qui ont perdu des biens et des êtres chers.

Dans ce monde où les petites choses peuvent être d'une grande importance, notre slogan est « Petits pas, grands changements».